Myriade
Myriade
Comme une ode lyrique attendant qu'on la lise
Tu es là et soudain rien ne manque au tableau
Je devine ta main dans la pénombre grise
C'est au creux de tes bras que l'hiver devient chaud
Envoyer à un(e) ami(e)